Le Club des Ulis

Photo: Arthur Hoareau ©

Le club des Ulis est membre de la Fédération Française d'Aïkido, Aïkibudo et Affinitaires (FFAAA).

Situé au nord de l'Essonne, il accueille les adhérents de 7 à 77 ans des Ulis mais aussi d'Orsay, de Palaiseau, de Bures sur Yvette, Gif sur Yvette...

Laurent Boudet

Laurent BOUDET démarre la pratique de l'Aïkido en 1995, à 20 ans, alors étudiant, sous la conduite de Claudie BELUS (élève de Patrick BENEZI).

Il passe son 1er dan en 1999, et s'inscrit alors au Club de Clamart où il s'entraine depuis lors sous la direction de Marc Bachraty (5ème Dan). Il s'entraine également régulièrement au cercle Tissier, sous la conduite de Christan Tissier et de ses assistants (particulièrement P. Guillemin et B. Gonzalez). Il passe son 2ème dan en 2001, son 3ème dan en 2004, et son 4ème dan en 2011

Il enseigne depuis 1998 et depuis 2001 au club des Ulis.

Entretien avec le Sensei

Quand on te dit le mot "Aïkido", qu'est ce qui te vient à l'esprit ?

Pour moi, l’aïkido évoque avant tout l’idée de mouvement, de flux d’énergie. Ce flux amène inexorablement le uke vers l'issue choisie par le tori.

Pourquoi enseigner l'Aïkido ?

Enseigner l'aïkido est pour moi une voie de progression. La relation entre l'enseignant et l'enseigné est avant tout un échange dynamique : les élèves sont une immense source d’inspiration et la mobilisation des mes connaissances en tant qu’enseignant me permet de développer une compréhension plus précise des techniques d’aikido.

Quelles sont tes influences dans ta pratique de l'Aïkido ?

Mes influences en aïkido sont celles de mes enseignants ; et l'ensemble de mes enseignants sont imprégnés du courant de Christian Tissier.
Avec Claudie Belus, dont j’ai suivi l’enseignement lorsque j'étais étudiant à Paris 1, j’ai découvert l’aïkido. Marc Bachraty, aujourd'hui 5ème dan et mon maitre depuis mon premier dan, m’a fait découvrir la rigueur des positions, l'engagement sur le tatami et la joie de pratiquer.
L'enseignement de Bruno Gonzalez, que j’ai suivi dernièrement, m’apprend l’acuité dans l'action l’importance d’être présent au moment juste et dans l'instant : le travail d'une vie!!!
En parallèle j'ai longtemps suivi l'enseignement de Christian Tissier à Vincennes. Christian c'est une étoile qui force l’admiration.

Selon toi, qu'est ce qu'un pratiquant doit apporter en priorité dans le dojo ?

Lorsqu’il "monte sur le tatami" un pratiquant doit avant tout laisser l’ensemble de ses préoccupations à la porte du dojo.
Ensuite c'est son cœur qu'il amène. J’attends de mes élèves qu’ils pratiquent avec un engagement total et qu’ils répètent sans relâche les mouvements étudiés durant le cours.
Enfin, la personnalité ne doit pas être réprimée. Elle fait partie intégrante de l'individu. J’aime pratiquer dans la joie et de la bonne humeur.